Exodes Urbains

From Hackuarium
Jump to: navigation, search

Exodes urbains un projet d'aquaponie qui a débuté à UniverCité.

Créée en février 2015, et établie depuis à Genève, l'association Exodes urbains encourage le développement de formes innovantes et parallèles d’agriculture urbaine. L’association cherche à promouvoir toute activité visant à verdir, favoriser la biodiversité et fertiliser les espaces gris et stériles trop présents dans les grandes agglomérations.

Allez voir leur page Facebook! (en français)

Et si vous aimez le projet, soutenez-les pendant leur campagne de financement participatif qui veux promouvoir l’aquaponie en Suisse romande en installant une micro-ferme aquaponique au coeur de Genève.

Mais rien ne vaut leurs propres mots pour décrire les objectifs et le contexte de leur initiative

Nous voyons en l’agriculture urbaine différents avantages tels que:

  • La valorisation d’espaces urbains inexploités
  • Le développement d'une indépendance alimentaire des villes
  • L'extension de l’offre d’aliments locaux
  • Le rapprochement entre producteurs et consommateurs
  • La réduction des impacts financiers et écologiques liés au transport
  • L'encouragement d'une consommation de variétés locales
  • Le développement d’une vitrine de communication pour l’agriculture en ville


”Mais c’est quoi au juste l’aquaponie?”

L’aquaponie est né de l’union des termes aquaculture - élevage d’organismes aquatiques - et hydroponie - culture de plantes dans un substrat enrichi. La contraction de ces deux termes résume bien le principe de symbiose entre les deux techniques. En effet, une relation d’interdépendance se crée entre la production de plantes et de poissons.

Le principe de l’aquaponie consiste à associer l’élevage de poissons et la culture de plantes dans une même production sur des surfaces hors-sol réduites. Il s’agit d’un système vertueux où les déchets engendrés par les poissons sont utilisés comme engrais pour les plantes qui de leurs côtés jouent un rôle de filtre biologique en purifiant l’eau des effluents engendrés par les poissons, et la boucle est bouclée.

L’aquaponie s’inscrit comme une réponse écologiquement et économiquement viable aux besoins et aux envies des consommateurs d’aujourd’hui. En effet, elle assure une production avec une rentabilité optimale de l’espace, associée à une consommation d’eau réduite et un rejet de déchet minimisé. De plus, les aliments produits sont d’une qualité supérieure grâce à la non-utilisation d’engrais et la culture en milieu fermé qui permet de maîtriser les intrants de la production.


Pourquoi faire de l’aquaponie en ville?

  • Rendement optimum de l’espace: sur des expériences existantes à travers le monde, on trouve une productivité de nourriture au m2 allant jusqu’à 250 kg par année.
  • Faible consommation d’eau: par rapport à une culture en pleine terre, l’aquaponie engendre une économie d’eau de plus de 80 %.
  • Pas d’apports chimiques extérieurs: il s'agit d'un petit éco-système très sensibles à tout intrants extérieur; seul les engrais organiques tolérés dans la culture biologique peuvent être utilisée et ce avec parcimonie.
  • Rejets de polluants quasi nuls: le traitement des déchets fécaux dans l'élevage de poissons est un vrai fléaux qui est encore peu traité. Selon Beth Hunter, coordonnatrice de la campagne Océans de Greenpeace, une ferme de 200 000 saumons libère une quantité de matières fécales «aussi importante que les nutriments rejetés dans les eaux usées d’une localité de 65 000 personnes».
  • Péservation de la faune locale: en élevant les poissons dans des parcs clos tel que dans le modèle aquaponique on évite les risques de contamination du milieu sauvage.
  • Adaptabilité des structures: un système aquaponique s’adapte à toutes les contraintes liées à l’espace, toit, parking, balcon, trottoir….tous ces espaces stériles peuvent être repensés pour accueillir une culture aquaponique.


Concrètement, le projet prendra la forme d’un espace de culture aquaponique éphémère. Cette micro-ferme d’environ 15m2 se composera d’un container coiffé d’une serre. Ce projet, pensé par la designer Damien Chivialle, a déjà été présenté dans de nombreuses villes européennes.

Le container abritera une cuve pour l’élevage des poissons ainsi que le système technique composé d’une pompe et d’un filtre à sable. La serre qui accueillera les plantes sera reliée par un système de tuyaux au local technique et recevra ainsi l’eau souillée des poissons.

Le laboratoire sera dans un premier temps installé sur le parking du Impact Hub Geneva, au 1 Rue Fendt, juste derrière la gare Cornavin.

Sur une période d’exploitation de 6 mois, nous projetons une production de poissons et de légumes de respectivement 60kg et 120kg, sans chauffage ni lumière artificielle.